L’ERRANCE EST HUMAINE

Déc
LUN 14
20h30
Durée 1h10
À VOIR EN FAMILLE
À PARTIR DE 8 ANS
Tarif b
«Ne demande pas ton chemin à celui qui te connaît, tu risquerais de le perdre. »

Solo forain créé et interprété par Jeanne Mordoj
Accompagnement Pierre Meunier
Création musicale et interprétation Mathieu Werchowski
Création lumières Jean-Yves Courcoux
Scénographie Jeanne Mordoj et Yvett Rotscheid
Costumes Yvett Rotscheid
Accompagnement pour le travail corporel Olivia Cubero
Conception de la machinerie et construction Silvain Ohl
Régie lumière et construction Manuel Majastre
Régie générale et régie plateau Éric Grenot

Jeanne Mordoj - Cie BAL

Dans ce solo forain, Jeanne Mordoj s’engage dans les méandres de la création. Elle défriche, devant nous, un chemin à travers le désert du doute et ses sables mouvants, faisant jaillir des fulgurances soudaines. Au centre de l’arène, avec le corps, la voix et du papier, elle devient montreuse de ces pérégrinations et de leurs trésors, loin de la vie banale et révèle les discordances et les querelles souterraines, intérieures. Tour à tour vacillante et résolue, perplexe et paisible, grave et burlesque, elle se tient dans le vif du moment.

À l’aide du papier, matière fragile et résistante à la fois, véritable partenaire, elle déroule, découpe, chiffonne, sculpte, peint, malaxe ; il devient alors rideau de scène, paravent, peaux et masques, coiffes fantastiques… Au fil des transformations éphémères de la matière et des jeux avec les apparences, Jeanne Mordoj, artiste inclassable et insolite se réinvente sans cesse.

En travaillant sur les figures de l’errance, les errances physiques, les errances psychiques, elle questionne la place sur scène de la femme à travers le dialogue avec une voix intérieure, « sa » voix intérieure. Un « autoportrait de l’artiste en errance », un portrait forain, qui nous emporte dans un voyage intérieur, raconte la fragilité de notre condition. Une véritable petite bulle d’air inventive.

Alors acceptons l’invitation de Jeanne Mordoj et entrons dans cette rêverie foraine étrange et joyeuse pour « regarder en face l’étrangeté tapie dans l’être humain. » Scèneweb

Jeanne Mordoj a présenté l’éloge du poil en 2009

Galerie