Yellel

Déc
JEU 12
20h30
Suivi d’un bord de scène
Danse
Durée 1h05
Tout public
Tarif b
Création
« Ce qui fait que je suis moi-même et pas un autre, c’est que je suis ainsi à la lisière de deux pays, de deux ou trois langues, de plusieurs traditions culturelles. »
Amin Maalouf

Direction artistique et chorégraphie Hamid Ben Mahi
Interprétation Hamid Ben Mahi, Aïda Boudrigua, Matthieu Corosine, Elsa Morineaux, Arthur Pedros et Omar Remichi
Direction musicale et arrangements Manuel Wandji
Composition musicale Hakim Hamadouche (voix et mandoluth) Ahmad Compaoré (batterie et percussions)
Création vidéo Christophe Waksmann
Création lumière et régie générale Antoine Auger
Régie son et vidéo Sébastien Lamy

Spectacle en coréalisation avec l’OARA

Production +

Production Compagnie Hors Série coproduction CCN de La Rochelle – Direction Kader Attou, Cie Accrorap, OARA – Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine, Pole-Sud – CDCN Strasbourg, La Manufacture – CDCN Nouvelle-Aquitaine, Scène Nationale d’Aubusson. La compagnie Hors série est conventionnée par le Ministère de la culture et de la communication – DRAC Nouvelle- Aquitaine et subventionnée par la Région Nouvelle-Aquitaine, le Conseil départemental de la Gironde et la Ville de Bordeaux.

Hamid Ben Mahi – Compagnie Hors Série

Yellel, c’est le nom du village où est né son père en Algérie. Et le symbole du lien qu’il entretient avec le monde arabe. Voilà déjà 20 ans qu’Hamid Ben Mahi poursuit la quête de ses origines à travers des pièces qui mêlent danse urbaine et danse contemporaine. Pour cette nouvelle création, le chorégraphe s’est inspiré d’un essai d’Amin Maalouf, « Les identités meurtrières », qui questionne la difficulté que l’on peut avoir à assumer en toute liberté ses diverses appartenances, entre héritage vertical (de nos ancêtres) et héritage horizontal (de nos contemporains).
Pour mettre la question en jeu, Hamid Ben Mahi réunit des artistes franco-maghrébins, et fait de leur vécu bien distinct la matière première de son spectacle. Lui-même s’y engage avec humour à la manière d’un Monsieur Loyal, intervenant sur le plateau en présentateur-modérateur, pour appuyer une parole, questionner, donner la réplique ou créer du lien. À ses côtés, Aïda Boudriga, qui danse depuis l’âge de 12 ans dans les quartiers nord de Marseille, Omar Rémichi, figure du break inspiré par la culture arabe, et Hakim Hamadouche, maître du mandoluth (cousin du oud) qu’il pratique notamment aux côtés de Rachid Taha. En tissant une histoire d’états de corps entre danses traditionnelles d’orient et danse hip hop contemporaine, le chorégraphe entend s’amuser de « cette douce schizophrénie qui nous amène parfois à nier une partie de nous-même pour en mettre une autre en avant ».

En résidence à la Scène Nationale du lundi 26 août au vendredi 06 septembre 2019. 1ère pousse le jeudi 05 septembre à 18h30

Galerie