La leçon de français

Fév
JEU 16
20h30
Pontarion - Boutique des idées
Conte
Durée 1h15
À partir de 12 ans
En partenariat avec la communauté de communes Creuse sud ouest

Un spectacle de la Cie Imagistoires
De et par : Pépito Matéo
Regard extérieur : Nicolas Petisoff
Avec la complicité de : Gwen Aduh, Mael Le Goff, Olivier Maurin
Création lumières : Cécile Le Bourdonnec
Texte publié aux : Editions Paradox

Production +

Remerciements : Soizic Desnos et l’aAssociation Dida – d’ici ou d’ailleurs (35), Julie Metairie – Mobile Home (75), le Théâtre de Chelles et le CADA de Brou (77), le Groupe des apprenants de l’ADEB de Capbreton (40), Marie-José germain qui a favorisé ce projet dès le début
Production : Compagnie Imagistoires
Production déléguée : CPPC (Centre de Production des Paroles Contemporaines)
Production et soutiens
Coproduction, résidence et soutiens : Théâtre L’Aire Libre – Saint-Jacques-de-la-Lande ; Festival Mythos – Rennes ; Théâtre des Sources – Fontenay-aux-Roses ; La Maison du Conte et le Théâtre de Chevilly Larue ; Festival du Conte et Maison de l’Oralité – Capbreton ; Communauté de Communes Maremne Adour Côte Sud ; Union Régionale des Foyers Ruraux de Poitou-Charentes ; Théâtre Berthelot – Ville de Montreuil ; La Mouche – Saint- Genis-Laval
Remerciements : Soizic Desnos et l’association DIDA – D’ici ou d’ailleurs, Julie Métairie – Mobile Home, Le Théâtre de Chelles et le CADA de Brou et le groupe des apprenants de l’ADEB de Capbreton et Marie-José Germain qui a favorisé ce projet dès le début. L’intervalle à Noyal-sur-Vilaine.

Pépito Matéo

Pour Pépito Matéo, nos langues singulières sont un peu comme des empreintes digitales. Né d’un père espagnol et d’une mère champenoise, lui a grandi dans un monde où l’on « mangeait du veuf », tandis que « les bâches » donnaient du lait. Rien d’étonnant à ce qu’aujourd’hui, il se délecte, et nous avec, de ce que les langues françaises comptent d’ambiguïtés et de malentendus.

À la faveur de ce « cirque-conférence pour ne pas la boucler », le facétieux conteur nous convie dans une salle de classe imaginaire. D’équivoques en quiproquos, il nous embarque dans un imbroglio qui l’amènera d’une piste de ski à un centre de rétention administrative, et de savoureux échanges avec des demandeurs d’asile à ses propres anecdotes d’enfance.
Paroles saisies sur le vif, dérèglements de grammaire, traduction en porte-à-faux, difficultés à s’entendre et parfois même à se comprendre soi-même… Jonglant avec les mots et quelques chaises, il nous invite à embrasser les subtilités tragi-comiques de la langue, avec laquelle on peut construire une histoire de l’immigration.

Galerie