Muyte Maker

Déc
JEU 15
20h30
Danse
Durée 1h
À partir de 10 ans
Réserver en ligne
Covoiturage +

« La joie est l’augmentation de notre puissance d’exister. » Spinoza, L’Ethique.

Chorégraphie de : Flora Détraz Interprétation de Mathilde Bonicel, Inês Campos, Flora Détraz, Agnès Potié Lumières : Arthur Gueydan Son : Guillaume Vesin (reprise de régie Claire Mahieux) Scénographie : Camille Lacroix Regard extérieur et préparation physique : Anaïs Dumaine

Production +

Production : Cie PLI
Production et soutiens
Coproduction : Ramdam – un centre d’art (Lyon), CCN de Caen (direction Alban Richard), Pact-Zollverein, Avant-Scène (Cognac), La Place de la dance CDCN Toulouse-Occitanie, le réseau des Petites Scènes Ouvertes, CHOREGE – Relais Culture Régional du Pays de Falaise, Festival Alkantara
Mise à disposition de studios : Les Eclats chorégraphiques – La Rochelle, Alkantara – Lisbonne, O Espaço do Tempo – Montemor-o-novo
Création 2018
Muyte Maker a reçu l’aide à la maquette et au projet de la Région Normandie et l’aide au projet de la DRAC Normandie
La compagnie PLI est soutenue par la DRAC Normandie au titre de l’aide à la structuration et par la Région Normandie au titre du développement de son activité

Flora Detraz - Cie PLI

« Chanter copieusement, rire en poylphonie, danser à l’aveugle, papoter en cacophonie… » Posant la joie comme postulat existentiel essentiel, Muyte Maker met en scène des corps désobéissants et irrationnels : quatre figures féminines en constante métamorphose, qui chantent et dansent ensemble, reliées par les cheveux à une étrange machine. Et des outils tranchants montées sur poulies, qui apparaissent et disparaissent au gré des mouvements de têtes.

La danseuse et chorégraphe Flora Détraz s’est d’abord formée à la danse classique avant d’intégrer la formation du Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-pape, dirigé par Maguy Marin. Explorant depuis 2013 les relations entre voix et mouvement, elle crée ici un joyeux ballet polyphonique, mêlant imaginaire médiéval, chansons triviales et tableaux grotesques. Se jouant de la place du corps en général et des représentations de la femme en particulier, le burlesque quatuor adapte librement des chansons puisées dans le répertoire du Moyen-Âge et de la Renaissance, scabreuses de préférence. Au menu : satire sur le mariage, balade sur les excréments, rumeurs et commérages, rires, bruitages et autres distorsions.

Galerie