TumulTe

Mai
MAR 09
19h30
Danse
Théâtre
Durée 1h10
À partir de 8 ans
Réserver en ligne
Covoiturage +

Chorégraphie et scénographie : Bruno Pradet Interprétation chorégraphique : Christophe Brombin, Jules Leduc, Noëllie Poulain, Thomas Regnier, Loriane Wagner Chant et musique : Marion Dhombres (soprano), Mathieu Jedrazak (contre-ténor/alto), Frédéric Joiselle (voix/guitare), Franck Tilmant (voix/basse) Manipulation sonore : Yoann Sanson Création lumière : Vincent Toppino Costumes : Laurent Alquier Construction luminaire : Pierre-Yves Aplincourt Administration/Production : Céline Aubry Production/Diffusion : Azzedine Boudene

Production +

La compagnie Vilcanota est conventionnée par la DRAC et la région Occitanie, et soutenue par le département de l’Hérault et la ville de Montpellier.
Coproduction : Compagnie Vilcanota, Théâtre de Bourg en Bresse (01), Théâtre de Roanne (42), Théâtre d’Aurillac (15), Théâtre d’Auxerre (89)
Soutiens : l’Agora / Montpellier Danse (34), Les Hivernales CDCN d’Avignon (84), le Gymnase CDCN de Roubaix (59)
Cette création est soutenue par la SPEDIDAM et l’ADAMI.
Texte de présentation de Guillaume Schmitt pour le théâtre d’Auxerre

Cie Vilcanota

Pour le chorégraphe Bruno Pradet, mêler de la voix et de l’absurde au mouvement dansé a toujours été une évidence. Il va plus loin encore avec TumulTe, embarquant sa « tribu dansante » dans un vaste projet entre chant baroque et vibration électro-rock. Il y invite cinq danseurs explosifs, une soprane et un contre-ténor / violoniste (versant baroque), ainsi qu’un duo guitariste-bassiste (versant rock), le tout orchestré par un manipulateur sonore et ses machines. Sans qu’on distingue au premier abord qui relève en priorité du son ou du geste.

Entre énergiques soli, battles et unissons, l’ébouriffante troupe va flouter les frontières et pulser au rythme d’une inquiétante étrangeté, sur une composition originale revisitant le répertoire de Porpora, Vivaldi, Monteverdi, Pergolèse…
S’appuyant sur les grands thèmes lyriques, Bruno Pradet, qui aime réunir sur scène des communautés éphémères, met en lumière l’individu pour faire ressortir le tumulte intérieur de chacun. Et explore avec malice une certaine utopie du vivre ensemble.

Galerie